Printer friendly version Share

News Release

L’historien britannique Daniel Beer remporte le Prix Cundill, d’une valeur de 75 000 $ US

16 November 2017 McGill University

Une étude inédite sur la Sibérie des tsars fait consensus au sein du jury

L’historien britannique Daniel Beer est le lauréat 2017 du Prix international de littérature historique Cundill. L’annonce a été faite aujourd’hui par les responsables de cette prestigieuse bourse de 75 000 $ US, la plus élevée décernée pour un ouvrage non romanesque en langue anglaise. L’historien londonien est récompensé pour son étude inédite sur les camps de prisonniers sibériens, intitulée The House of the Dead: Siberian Exile Under the Tsars (Allen Lane).

Daniel Beer, qui enseigne au campus Royal Holloway de l’Université de Londres, a été choisi unanimement par un jury constitué d’historiens et d’auteurs de renommée mondiale. Les deux autres auteurs en lice étaient Walter Scheidel, Autrichien vivant aux États‑Unis, et Christopher Goscha, professeur à l’Université du Québec à Montréal. Le nom du lauréat a été dévoilé par la présidente du jury, Margaret MacMillan, à l’occasion du Gala du Prix de littérature historique Cundill, qui s’est tenu au Musée des beaux-arts de Montréal.

Géré par l’Université McGill, au Canada, le Prix international de littérature historique Cundill est remis à l’auteur du meilleur ouvrage d’histoire en langue anglaise. Le jury, qui a reçu cette année un nombre record de 300 candidatures, a estimé à l’unanimité que The House of the Dead se démarquait de ses formidables concurrents en diffusant un savoir exceptionnel dans un ouvrage pertinent et accessible.

« Daniel Beer nous livre là le fruit d’une recherche extraordinaire qui repose sur des sources sous-estimées et inexplorées, souligne Margaret MacMillan, présidente du jury. Il nous raconte ce qu’a signifié l’exil pour des générations de Russes et d’autres nations de l’Empire russe. Il fait un récit émouvant et déchirant du destin des exilés, dont la plupart ne sont jamais revenus de Sibérie. Cet ouvrage obsédant est une importante contribution à l’histoire de la Russie. The House of the Dead mérite amplement ce Prix Cundill 2017. »

« L’approche universelle de Daniel Beer est à la fois novatrice et de la plus haute importance. C’est le récit d’une immense tragédie qui s’est déroulée sur plusieurs siècles. The House of the Dead est une gigantesque fresque sur laquelle l’auteur réussit à tracer des trajectoires individuelles empreintes d’une profonde humanité. Ce livre est un véritable exploit », estime l’un des jurés, Amanda Foreman.

Selon le juré Roy Foster, The House of the Dead rappelle la grande littérature romanesque russe. « C’est une incursion littéraire opportune dans l’histoire sibérienne depuis celle de Dostoïevski, voire de Tchekhov. Le livre raconte la tragédie de ces gens condamnés à une marche forcée vers l’est et l’extraordinaire diversité des vies qui y ont été vécues et perdues : révolutionnaires russes, nationalistes polonais, criminels et parias de toute sorte. Servi par une plume magnifique, cet ouvrage fascinant puise à une formidable multiplicité de sources auparavant inaccessibles. C’est une œuvre de grande érudition », a-t-il déclaré.

Les deux autres finalistes ont reçu un Prix d’excellence de 10 000 $ US chacun : Christopher Goscha a été récompensé pour un ouvrage sur l’histoire du Vietnam qui fera autorité (Vietnam: A New History, Basic Books) et Walter Scheidel, pour la thèse économique controversée qu’il expose dans The Great Leveler (Princeton University Press).

« Le Prix de littérature historique Cundill est remis à un historien qui s’est démarqué par l’excellence de son art; j’entends par là qu’il a légué une œuvre historique qui témoigne d’une ambition, d’une envergure et d’une ardeur à la tâche hors du commun, dit pour sa part le juré Rana Mitter. Dans ce livre, Daniel Beer conjugue une exploration méticuleuse des archives avec une trame narrative palpitante. Nous sommes devant un historien en parfaite maîtrise de son art ».

« Le jury du Prix Cundill recherche l’érudition historique, certes, mais également l’accessibilité, précise le juré Jeffrey Simpson. Le lecteur profane doit pouvoir lire et comprendre le livre primé. De plus, ce dernier doit renfermer une leçon d’histoire dont nous pouvons tirer profit pour nous attaquer aux enjeux contemporains, ceux qui nous interpellent aujourd’hui. »

« À l’Université McGill, nous accordons beaucoup d’importance à la recherche historique, mais aussi à la capacité de communiquer au reste du monde l’importance des écrits historiques et de bien camper le rôle du Canada sur l’échiquier mondial , souligne Antonia Maioni, doyenne de la Faculté des arts de l’Université McGill. Le Prix de littérature historique Cundill est de toute première importance à cet égard : il braque les projecteurs sur les meilleurs travaux de recherche du monde en histoire et récompense les livres susceptibles de plaire à un vaste lectorat, de favoriser les échanges et de contribuer à une meilleure compréhension de nous-mêmes et des autres. »

The House of the Dead fait également partie des finalistes 2017 des prix suivants : The Wolfson History Prize, The Pushkin House Russian Book Prize et The Longman History Today Prize.

https://mcgill.ca/newsroom/node/32677

Attached files

  • Daniel Beer Remporte le Prix international de litterature historique Cundill 2017


expertsvar 2015 New Cambridge millet FNSF ad Elhuyar with Basque TON logo New Norwegian logo