Printer friendly version Share

Blog

Des pistes sur le syndrome de Capgras ou quand vos proches sont des imposteurs

31 December 2016

Le premier cas du Délire d’illusion des sosies de Capgras

En 1899, Madame M. venait d’avoir son premier enfant. Mais l’enfant a été kidnappé et remplacé par un enfant différent qui est mort par la suite. Madame M a ensuite eu 2 petites filles jumelles. La première a grandi normalement jusqu’à l’âge adulte tandis que la seconde a été également kidnappée et remplacée par un autre enfant qui est également mort. Elle a ensuite 2 garçons, des jumeaux, et le premier a été kidnappé tandis que le second a été empoisonné. 

Madame M a cherché ses enfants kidnappés et en apparence, elle n’était pas la seule victime de ce traumatisme cauchemardesque. Elle entendait souvent des femmes à Paris qui pleuraient et hurlaient que leurs enfants ont été kidnappés. Comme si cela ne suffisait pas, le seul enfant de Madame M, qui avait survécu, a été kidnappé et remplacé par un imposteur qui était son sosie. Et la même chose s’est produite à son mari. Il a été kidnappé et remplacé par un sosie. La femme est devenue folle et elle passait des jours à chercher ses proches dans les rues de Paris. Elle a également lancé une procédure de divorce contre son mari qui était donc un imposteur.

En 1918, Madame M a appelé la police pour l’aider à sauver des enfants qui étaient enfermés dans sa cave. Pendant qu’elle parlait au psychiatre, Madame M a déclaré qu’elle était une descendance directe de Louis XVIII et qu’elle avait une fortune de 200 millions à 125 milliards de francs. Elle a ajouté qu’on l’avait remplacé par un sosie pendant qu’elle était enfant pour qu’elle ne puisse pas toucher l’argent. Par la suite, Madame M était en surveillance constante par les autorités psychiatriques et toutes les personnes qu’elles rencontraient étaient des sosies ou même des sosies de sosies. Le psychiatre qui avait écouté, Madame M s’appelait Joseph Capgras et il avait documenté ce cas qui allait devenir le syndrome de Capgras ou le Délire d’illusion des sosies de Capgras. Capgras écrit que le sentiment de l’étrangeté se développe en elle et ce sentiment se mélange avec la familiarité qui est inhérente au concept de reconnaissance. Mais ce sentiment n’a pas envahi toute sa conscience et il ne déforme pas ses perceptions et sa mémoire sur les images. La reconnaissance et la familiarité provoquaient 2 émotions dans Madame M et le problème est qu’elle ne pouvait pas concilier ces 2 émotions. Ce n’était pas un trouble sensoriel, mais la conclusion d’un jugement émotionnel.

Des pistes pour lier des lésions cérébrales au syndrome de Capgras

Les neuroscientifiques du Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) ont cartographié des lésions cérébrales qui provoquent le Délire d’illusion des sosies de Capgras. Ce syndrome regroupe des troubles rares qui font croire aux patients que les gens et les endroits ne sont plus ce qu’ils sont. Dans une étude publiée dans la revue Brain, Michael D. Fox, directeur du Laboratory for Brain Network Imaging and Modulation a révélé la neuro-anatomie sous-jacente derrière le syndrome de Capgras.1

Depuis longtemps, on ignorait comment le cerveau pouvait provoquer ce type de symptômes selon Fox. Nous montrons comment des symptômes complexes peuvent émerger en se basant sur la connectivité cérébrale. Avec la lésion au bon endroit, vous pouvez perturber le détecteur de familiarité du cerveau et celui de la détection de la réalité en même temps en provoquant des illusions bizarres.

Comme on l’a vu dans notre exemple d’introduction, le syndrome de Capgrasa été documenté il y a près d’un siècle et les patients affectés considèrent leurs proches comme leurs imposteurs. La subtilité est qu’ils les reconnaissent, mais qu’ils estiment que ce sont des sosies. Dans la même optique, on a lesyndrome de Fregoli qui provoque le sentiment qu’il y a des étrangers qui les persécutent et que ces persécuteurs peuvent prendre l’apparence de leurs proches. Et le délire d’illusions peut aussi s’appliquer aux animaux et aux endroits.

Fox et ses collègues ont identité 17 patients qui souffraient du Délire d’illusion des sosies de Capgras et ils ont comparé la cartographie de leur cerveau avec un atlas cérébral standard. Et en utilisant une technique de cartographie des lésions, les chercheurs ont déterminé que les 17 lésions étaient connectées à une région du cerveau connue comme le cortex rétrospinal qui est associé à la perception de la familiarité.2 16 des 17 lésions étaient également connectés à une région dans le cortex frontal droit qui est associé avec l’évaluation de la croyance. Les scientifiques ont comparé les données avec celles de 15 blessures cérébrales qui provoquaient d’autres troubles d’illusion que celles du syndrome de Capgras.

Les lésions, qui provoque tous les types d’illusion sont connecté à des régions qui traitent la croyance et cela suggère que ces régions sont impliquées pour contrôler les troubles d’illusion en général. Cependant, seules les lésions, provoquant des troubles du syndrome de Capgras, étaient connectées aux régions qui traitent la familiarité et cela explique ce trouble très étrange. En d’autres termes, des lésions qui se produisent exactement dans ces zones vont probablement provoquer le Délire d’illusion des sosies de Capgras.

Les scientifiques admettent que leur technique de cartographie ne permet pas d’avoir des images par résonance magnétique. Au lieu, les données provenant de patients normaux permettent de déterminer les régions du cerveau qui sont connectées avec la localisation des lésions. La méthode a des avantages, mais elle ne permet pas de garantir si ces régions ne fonctionnent plus correctement après les lésions. La seule façon d’en être sûr est d’étudier beaucoup plus de patients et d’établir une moyenne pour faire le lien entre le syndrome de Capgras et les lésions dans le cortex rétrospinal.

Mais ce type de recherche permet de soulager les familles dont un proche souffre du syndrome de Capgras. En sachant que ce syndrome a la particularité de disparaitre aussi mystérieusement qu’il est apparu. Pour la famille, cela peut être un soulagement certain puisqu’on peut mettre un nom sur la maladie et comprendre qu’il y a des lésions cérébrales qui la provoque. C’est surtout important pour les couples, car on a une perte d’intimité totale entre les 2 partenaires et la connaissance de ce comportement permet de limiter le traumatisme des 2 côtés.

Sources
1.
R. Ryan D, Simon L, Alvaro P-L, Sashank P, Michael DF. Finding the imposter: brain connectivity of lesions causing delusional misidentifications. Brain. https://academic.oup.com/brain/article/2629560. Published December 3, 2016. Accessed December 21, 2016.
2.
Insight into the Seat of Human Consciousness. Beth Israel Deaconess Medical Center.http://www.bidmc.org/News/PRLandingPage/2016/November/Fox-Consciousness.aspx. Published January 1, 1AD. Accessed December 21, 2016.

https://actualite.housseniawriting.com/science/2016/12/21/des-pistes-sur-le-syndrome-de-capgras-ou-quand-vos-proches-sont-des-imposteurs/19908/

Elhuyar with Basque FNSF ad eNEWS-Jan 2017 New Norwegian logo expertsvar 2015 Cambridge grey garduated